6 mois (Avril - Octobre 2019)

IE – Informatique & base de données

La mission de l'ingénieur (e) sera de participer au démarrage de la constitution d'un silo d'accueil pour les données acquises au laboratoire en se focalisant sur un jeu de données spécifiques (ASCII, IMAGE, hyperSPECTRAL), en s'appuyant sur un workflow identifié par des chercheurs.

Informations générales

Unité/service d’affectation: UMR 5204 – EDYTEM
Lieu de travail : Le Bourget du Lac, Savoie (73)
Date de publication : vendredi 8 février 2019
Type de contrat : CDD
Durée du contrat : 6 mois
Date d’embauche prévue : 1 avril 2019
Quotité de travail : Temps complet

Missions

La mission de l’ingénieur (e) sera de participer au démarrage de la constitution d’un silo d’accueil pour les données acquises au laboratoire en se focalisant sur un jeu de données spécifiques (ASCII, IMAGE, hyperSPECTRAL), en s’appuyant sur un workflow identifié par des chercheurs. Il utilisera dès la construction la description du contenu en s’appuyant sur des normes et des formats pour le stockage, l’interopérabilité, l’accessibilité, requis par les systèmes d’informations ciblés en aval.

Activités

Conception de système de base de données, développement informatique (web, SQL), déploiement d’applications.

Rattachement hiéarchique

Principaux interlocuteurs: Cécile PIGNOL et Yves PERRETTE

Rattachement hiéarchique direct: Bernard FANGET

Directeur du laboratoire: Fabien ARNAUD

Contexte de travail

Le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) est un organisme public de recherche placé sous la tutelle du Ministère de la Recherche et de l’innovation.

 

Cécile PIGNOL - Contacter
Pole Montagne
Boulevard de la Mer Caspienne,
73370 Le Bourget-du-Lac

Autres offres d'emploi

Retour à la liste
6 mois (Fevrier - Aout 2019)

Analyse de la fluorescence à la surface de filtres de prélèvements atmosphériques par spectrométrie de fluorescence UV-Vis en matrice solide : évaluation d’une telle technologie pour le suivi des sources de pollution atmosphérique.

La pollution atmosphérique est au cœur des préoccupations actuelles de nos sociétés. Parmi les nombreux phénomènes pouvant affecter la qualité de l’air, la pollution par les particules fines (ou aérosols atmosphériques) constitue un sujet particulièrement important en raison des impacts sanitaires et environnementaux déjà mis en évidence. L’étude de la composition chimique de ces aérosols atmosphériques est indispensable à une meilleure connaissance de leurs origines, de leurs évolutions dans l’atmosphère et de leurs impacts. La matière organique (OM) représente une fraction importante de la composition de cet aérosol. Cette fraction est constituée d’une multitude de composés sous des formes très diverses plus ou moins fonctionnalisées. La répartition de ces composés au sein de l’OM varie selon les sources d’émissions et des processus physico-chimiques qui se déroulent dans l’atmosphère. Ceci confère à l’OM un caractère traceur de source d’émission par l’intermédiaire des composés la constituant.